Homemade Fender Esquire (2/3) | Just you and my guitar - Le blog à six cordes
IGP7833

Homemade Fender Esquire (2/3)

Je poursuis le projet entamé il y a quelques semaines avec l’assemblage final des différentes pièces : accastillage, manche, micro et câblage. L’idée est toujours d’avoir une twang machine bien utile pour faire ressortir une guitare électrique dans un mixage acoustique.

Le micro aigu

Les premiers exemplaires fabriqués par Fender en 1949-1950 avaient pour particularité d’être bobinés avec un fil plus fin (le AWG 43  Plain Enamel plutôt que le 42) que celui qui fut utilisé par la suite pour les micros chevalet (bridge), probablement après 1951. Il fallait donc davantage de tours (1000 t) pour arriver à un niveau de résistance satisfaisant. Celui-ci était finalement plus élevé (9 KΩ environ) qu’un micro Telecaster traditionnel qui se situe aux alentours de 7 KΩ.  Cette caractéristique est celle des reproductions de micro de type Esquire et surtout Broadcaster, mais combien bénéficient vraiment de ce bobinage particulier ? Depuis quelques années, le fabricant français Hepcat  s’est spécialisé dans la reproduction à l’identique de ces micros, et ce parmi d’autres. C’est son modèle qui équipera ma guitare. Il doit être paré d’aimants de type ALNICo V plutôt que des ALNICo III comme ceux utilisés par Fender à ses débuts . La questions des aimants peut parfois animer des débats sans fin sur certains forums…

R0013680

Autre différence avec les micros classiques attachés à la Telecaster, la plaque inférieure (base plate) est faite en métal plaqué zinc et pas en cuivre. Cette pièce avait à l’origine plusieurs fonctions qu’il serait sans doute ennuyeux d’énumérer ici. Signalons quand même que cette plaque devait relever le faible magnétisme des premiers aimants ALNICo III  en augmentant l’inductance, un peu comme si le micro comptait davantage de tours de bobinage (effet ferromagnétique). L’acier devait encore accentuer ce phénomène. La plaque  permet aussi de transmettre plus efficacement les vibrations du corps, notamment par l’intermédiaire des ressorts permettant de régler la hauteur dudit micro, augmentant ainsi l’effet twang tant recherché. L’inconvénient est que ce type de fabrication favorise les bruits parasites (microphonie) encore plus fréquent avec les amplis actuels qui sont plus puissants que ceux des années 50. L’épaisseur de la plaque a aussi son importance ; ni trop fine pour un effet presque nul, ni trop épaisse pour un son mal défini. Lors de la renaissance de Fender au début des années 80, la firme a fabriqué un  micro  sans cette fameuse plaque : la Telecaster a failli y perdre son âme et l’essai a été vite arrêté.

R0013677

La pièce peut être changée mais elle est parfois difficile à trouver seule. Le célèbre équipementier amérciain Stewart Mac Donald propose des modèles en cuivre. D’autres s’y sont mis depuis. Un exemplaire qui s’en trouverait dépourvu ressemblerait à ceci :

micro-tele-bridge-830842

Le laquage employé par Fender à ses débuts se révèle inefficace contre les bruits parasites et le fabricant adopte le trempage dans la cire (wax potted) au milieu des années 60.A noter que pendant quelques temps aux alentours de 1966 (après le rachat par CBS), certains micros ne reçurent aucun traitement. Hepcat propose les deux options mais conseille le plus souvent la cire.

R0013685

Au fait, savez-vous pourquoi le micro a été incliné à l’origine par Fender ? c’était pour capter un peu plus de basses et éviter ainsi un son trop aigu…L’idée a été conservée sur les Stratocaster.

Le chevalet

C’est une autre pièce d’accastillage importante pour une Telecaster. Elle renforce le champ magnétique et fait résonance avec la bridge plate du micro. Certains modèles sont d’ailleurs magnétisés à cet effet, un peu comme une pointe de tournevis. Celle que j’ai choisi n’est pas un modèle d’exception comme peuvent l’être les modèles fabriqués par Glendale ou Callaham  pour ne citer que les plus connus. Il s’agit en ce qui me concerne d’un modèle Fender qui a été « reliqué » dans l’esprit du corps de la Telecaster mais en plus sale. Quant aux choix des pontets en acier ou en laiton, je préfère les premiers qui assurent un son plus claquant. Les seconds sont plus riches en harmoniques, plus chaleureux en somme…

R0013688

R0013690

Le câblage

Les possibilités de câblage à partir d’un simple micro pourraient sembler limitées. Si on s’intéresse à la question, on découvre pourtant de nombreuses possibilités. Le sélecteur à 3 positions permet ainsi d’établir des preset impossibles à trouver habituellement chez Fender pour qui les potentiomètres agissent sur tous les micros en même temps. Ce n’est pas le cas chez Gibson ou Rickenbacker par exemple.

Le schéma vintage traditionnel de l’Esquire ressemble à celui de la Telecaster à deux micros avec la présence d’une capacité (la 3.3K) donnant le bassy tone voulu par Leo Fender. Ce dernier pensait que les guitaristes pourraient jouer des parties de basse grâce à cette sonorité. On retrouve ce câblage sur les rééditions actuelles de la Telecaster 52′ qui doit encore en surprendre plus d’un lors de l’essai ! S’agissant de l’Esquire et de son unique micro aigu, le preset devait être moins prononcé et la capacité devait assombrir davantage le son.

Esquire-Trad-Seymourr-Duncan

 

On peut modifier le canevas comme l’a fait par exemple Mike Eldred du Fender Custom Shop. Mais le micro aigu continue d’être placé sous le contrôle du potentiomètre de volume en position 1. On perd alors un peu le mordant originel du micro.

Eldred-Esquire

Le schéma suivant est une variante du précédent. Il a été proposé par Dirk Wacquer sur le site Premier Guitar. Il permet l’utilisation de vrais preset à partir des potentiomètres de tonalité et volume. Il l’a nommé « Luthercaster » en référence au célèbre guitariste de Johnny Cash.

Luther Perkins

La position 1 place le micro aigu comme s’il était branché au jack. La seconde active le volume et la tonalité tandis que la dernière renvoie sur le volume et surtout sur un micro grave caché sous la plaque ! Celui-ci donne  donne un son proche d’une guitare électro-acoustique (avec la pédale adéquate). Mais on s’éloigne ici de l’idée de départ.

Esquite-Luther-Type

Celui que j’ai finalement retenu  a été sur le site tdpri. Il permet d’avoir trois sons  différents tout en conservant le mordant du micro aigu en position 1. La seule coquetterie que l’on peut se permettre se situe dans le choix d’une ou plusieurs capacités qui pourront modifier les positions 2 et 3.

BG1400-schematic

R0013904

 

Signalons l’existence d’une page qui présente de nombreux schémas de câblage pour la Telecaster (mais pas seulement) avec 1 ou 2 micros.

Derniers détails

La plaque de protection a été choisie en blanc.Il est assez difficile de trouver des modèles pour Esquire dans des coloris ou des motifs variés comme c’est le cas pour les Telecaster. J’ai trouvé le mien chez Specialtyguitars. Le site chinois Guitarfetish propose davantage de modèles. Et pourquoi pas un modèle en cuir me direz-vous ? Je dois dire que j’ai hésité à la vue de certains produits.

IGP7832

Les attaches-courroies sont rutilants. On ne peut pas tout reliquer non plus…

Quant aux cordes, je ne mets que des modèles « pure nickel » pour éviter un son trop brillant.Il est vrai qu’elles s’oxydent plus vite mais comme pour les acoustiques, le son du bois s’entend davantage. C’est le type de cordes associées aux rééditions vintage. J’ai un faible pour les Fender Bullets 3150.

IGP7833

R0019460

R0019458

Le son

Une fois les derniers réglages  brillamment effectués par l’atelier Dupont (jonction corps-manche et réglage de la hauteur des cordes en fonction du radius), la guitare est enfin prête à  être jouée. En acoustique, la guitare résonne déjà beaucoup avec un côté cristallin et claquant renforcé par le manche en érable.  Certains « Tele-addict » ont même pu affirmer avoir acquis leur instrument sans avoir eu besoin de le brancher sur un ampli, le son acoustique d’une guitare électrique n’est donc pas à négliger !

Une fois branchée, le micro révèle sa principale caractéristique qui est selon moi de conserver un son très aigu qui n’est jamais dénaturé par la saturation de l’ampli ou d’une pédale d’effet. Les positions 2 et 3 permettent de jouer sur des sonorités propres à un jeu rythmique passe-partout mais le loup n’est quand même pas loin de hurler ! Je posterai des exemples sonores sous peu.

Doc-10001

Doc-1

 

Doc-10002

R0013913

 

8 Commentaires

  1. Marc

    Félicitations pour ce travail, je viens d’acquérir une Telecaster Select, on est sans doute très loin du son authentique des Fender originelles

    • Arnaud

      Les versions modernes de la Telecaster ont aussi leurs avantages comme celui d’offrir des sons plus variés. Quant à rajouter des tables en érable (comme chez Gibson) sur les séries Select, je dirais qu’on s’en éloigne encore un peu plus.

  2. Vincent

    Projet très sympa, mais juste pour info, Guitarfetish (site bien connu de tous les bilouteurs) n’est pas un site chinois mais américain …

    • Arnaud

      …dont tous les produits sont fabriqués en Chine (électronique au standard asiatique comme les potards alpha, corps en bois asiatiques comme le paulownia à la mode en ce moment…), ce qui en soit n’est pas forcément mauvais mais qui en explique les prix souvent imbattables.

  3. johann

    Salut ,
    je suis en train de me documenter pour la réalisation d’un esquire ,et je trouve très intéressant ton topic .
    Super la partie sur le micro et les plan qui vont bien.
    Merci pour tout ,je vais m’y mettre ça donne envie ,je suis pas trop pour les effets relic ,je préfère une guitare plus propre ,possédant déjà des LEAD (I & II)qui sont des années 80 , j’aime bien le body et le pickguard (5 plis) noir ,qu’en penses-tu? j’adore l’Esquire ,elle a une gueule ET UN SON terrible.
    A bientôt…..

    • Arnaud

      Je n’ai pas vraiment choisi la finition relic sur celle-ci mais le corps me semblait être de bonne qualité…et il sonne bien en effet ! Pour ce qui est des Fender Lead (la moins chères des formes Stratocaster sorties des usines Fender au début des années 80), ce sont de bonnes guitares à la lutherie irréprochable. Elles constituent souvent de bonnes affaires sur le marché vintage.

      Bonne musique

  4. johann

    Salut,
    mon projet avance Fender ESQUIRE (body noir et pickguard 5 plis noir)
    j’ai un problème avec les branchements pour le micro ,j’ai pris le plan
    tele esquire 3-way switch – original Fender-
    tout est soudé mais rien ne marche , à part la première position.
    y-a-t-il un sens pour la resistance 3.3 Khoms?
    Je ne comprends pas .
    peut-on ajouter des photos sur le Topic?
    Et merci pour ton commentaire ,oui les LEAD sont sympa ,il me manque la III .
    Je cherche en vain , c’est pourquoi je suis parti sur l’Esquire.
    @+

    • Arnaud

      Pas de sens pour la résistance. Es-tu sûr de vouloir garder ce schéma ? La position 1 (« Fixed bassy tone « ) n’est pas facilement exploitable je trouve.

Laisser un commentaire