Godin Kingpin 5th Avenue | Just you and my guitar - Le blog à six cordes
JYAMG-Godin-Jazz-01

Godin Kingpin 5th Avenue

La Godin Kingpin est une version modernisée d’un genre qui faisait florès dans les années 40 et 50 avant l’utilisation massive des modèles de type solid body : les guitares archtop à bas prix. La mention de « 5th Avenue » pourrait faire croire le contraire mais le tarif inférieur à 800 euros  rappelle qu’on est loin des modèles prestigieux en bois massifs et souvent richement ornés qui firent la renommée des constructeurs de l’époque tels que Gibson, Epiphone, Stromberg ou D’Angelico.

La ES 175 du pauvre

L’univers dans lequel s’inscrit cette guitare serait plutôt celui des années 50 et des premières guitares électriques Gibson de type ES qui popularisèrent le genre. Celles dont le numéro correspondait au prix (ES 175 $) et qui n’étaient pas construites en bois massifs. Les instruments des marques HarmonyGretsch et consors s’inscrivent également dans cette catégorie de guitares archtop populaires.

Le terme archtop est parfois trompeur car il peut indiquer que les tables de ces instruments sont toujours massives. On parle alors de table sculptée (« carved archtop ») dans une ou plusieurs feuilles d’ épicéa ou de cèdre. Les tables des modèles archtop d’entrée de gamme sont en revanche pressées ou moulées afin d’obtenir le galbe voulu.Des bois laminés permettent cette opération. Dans les deux cas, la facture est complètement différente de celle des guitares à table plate communément appelées « folk » ou « flat top». Il s’agit de faire raisonner l’ensemble de la table d’harmonie dans la tradition des instruments à cordes classiques.  Plutôt que « archtop », on peut employer plus justement le terme de guitare à table bombée avec ouïes. Quelques unes comme l’Epiphone Howard Robert ou certaines Guild (A-350) des années 60 ont parfois une rosace mais c’est encore une autre histoire.

JYAMG-Godin-Jazz - 03

Précisons que l’utilisation des bois massifs ou plaqués/multiplis/laminés (pour le fond et les éclisses le plus souvent) différencie souvent la fabrique industrielle de l’atelier du luthier, lequel ne travaille le plus souvent qu’avec des bois massifs. En effet, les machines permettant d’obtenir ces pièces plaquées nécessitent des gros investissements (ainsi qu’une certaine superficie) et traduisent le plus souvent une production en gros volumes. Par exemple, c’est sa technique de fabrication des fûts de batterie en bois laminé qui a permis au fabricant Gretsch d’investir le marché de la guitare à la fin des années 40.

Dans cette lignée de guitares populaires, point trop n’en faut et la Godin s’en sort assez bien,  chaque accessoire semblant avoir été choisi avec goût. Les deux seuls signes extérieurs de richesse sont le filet sur la tête, elle-même pourvue d’un placage noir revêtu d’un solide vernis brillant qu’on retrouve sur d’autres modèles de la marque, et le pickguard en perloid rouge « imitation écaille » qui rappelle les années 50. On est loin des plaques faites d’une simple matière plastique noir ou blanche et parfois vissées à même la table. Les mécaniques et le cordier rappellent ceux utilisés par Gibson sur ses modèles bon marché. La firme centenaire les utilise encore…

JYAMG-Godin-Jazz - 08

 

JYAMG-Godin-Jazz - 05

 

JYAMG-Godin-Jazz - 04

 

JYAMG-Godin-Jazz - 11

JYAMG-Godin-Jazz - 13

Le manche est également dans le même esprit : assez épais avec un radius prononcé. On est quand même loin de certains « pieux » sur lesquels jouaient mes idoles il y a quelques décennies. Dans la tradition des guitares à table bombée, on trouve une touche suspendue au dessus de la table pour que celle-ci puissent vibrer plus librement.

JYAMG-Godin-Jazz - 19

 

JYAMG-Godin-Jazz - 18

Reste le chevalet fourni par la marque Tusq, déjà célèbre pour ses sillets en matière synthétique. Il semble assez fragile, le plastique évidé renforce cette impression, mais également assez léger ce qui à cet endroit me paraît une bonne chose pour transmettre la vibration des cordes et mettre la caisse en résonance. Je ne sais pas encore si cette pièce d’usure peut facilement être commandée chez le fabricant. Je ne n’ai trouvé aucune trace pour le moment.

JYAMG-Godin-Jazz - 12

Le Son

Si elle peut être utile en acoustique avec les cordes d’origine (D’Addario EJ 21), c’est à une utilisation branchée que se destine avant tout la Godin Kingpin. Je pense même que le modèle acoustique n’a d’intérêt que pour le choix de micros qu’il autorise à tester. Mais cela peut-être aussi le cas pour la mienne…Je pense notamment à des micros flottants comme le modèle Attila Zoller fabriqué par Shadow, histoire de changer des habituels Kent Armstrong et  Benedetto S-6.

JYAMG-Godin-Jazz-02

Le choix du micro P-90 est ici judicieux. Il correspond au premier type de micro pour guitare électrique produit en grande quantité à partir de la fin des années 40 et affiche bien les sonorités attachées à ce modèle : un son épais qui tend à saturer en fonction de l’attaque du médiator. C’est pourquoi on les retrouve souvent dans le blues où les variations de l’attaque sur les cordes sont très fréquentes. J’aime aussi ce type de micro, et les micro simple bobinage en général, car il fait ressortir la lutherie et permet d’obtenir un son plus personnel que les habituels humbuckers associés à ce type de guitare. Ces derniers ont un plus « gros son » facilement identifiable dont il est parfois difficile de se défaire. Enfin, le P-90 est le micro associé aux premiers temps du jazz électrique et, s’il est bien différent de celui utilisé par Charlie Christian, il est indissociable des premiers temps du jazz électrique jusqu’à l’utilisation massive des micros humbuckers dans les années 60. Je n’ai pas réussi à trouver des informations sur la fabrication de ces micros par la firme Godin.

Le modèle existait en deux versions à son lancement il y a quelques années. Un modèle acoustique et un modèle électrique comportant un seul micro et une électronique habituelle composée de deux potentiomètres agissant chacun sur le volume et la tonalité. C’est sur ce dernier point que la marque Godin s’est éloignée des techniques habituelles. Chaque potard et sa résistance associée sont soudés sur un circuit imprimé à propos duquel il est difficile de trouver des renseignements quant à la valeur des potentiomètres et des résistances. Dans une vidéo le montrant fièrement dans une de ses usines, M. Godin affirme que ce type de fabrication, présents sur toutes les guitares électriques de la marque, permet de ne rien souder directement sur le potentiomètre et donc de ne pas l’endommager de manière irréversible. Ce serait aurait aussi selon lui un moyen d’éviter de nombreux bruits parasites dont on sait qu’ils sont plus fréquents sur les micros simple bobinage.  On peut aussi imaginer que c’est une méthode de montage  qui peut être plus facilement standardisée  que le câblage traditionnel…

JYAMG-Godin-Jazz-15

Essayée sur plusieurs supports audio (PolytoneZT Lunchbox, Gretsh Electromatic 5222,Vox Pathfinder 15WMbox), la Godin Kingpin équipée de filets plats Thomastik possède bien ce son typé des P-90 avec toutefois un côté un peu lisse qui pourrait parfois faire croire à un manque de personnalité. Je ne sais si cela tient au choix du micro plus fin que les P-90 habituels ou bien à l’électronique qui « aseptise » le rendu sonore à force de vouloir lutter contre le « hum » mais c’est parfois regrettable. Cela reste toutefois un plaisir dans mon utilisation pour le jazz. La guitare dégage un son original tellement différent des micros typés PAF Gibson. Il rappelle un peu le micro Stimer de Django avec ses aigus scintillants. On trouve d’ailleurs assez souvent la guitare dans les mains des guitaristes de jazz manouches.  La tentative de changer ce micro par un autre, en l’occurrence un P-90 fabriqué sur-mesure par la maison Hepcat, s’est pour le moment soldée par un échec : la table de la Godin n’est pas creusée pour accueillir un micro plus profond comme c’était le cas le cas sur les Gibson ES 125 par exemple.

JYAMG-Godin-Jazz - 17

JYAMG-Godin-Jazz - 14

Ayant endommagé  le point de soudure de la masse du micro sur le circuit imprimé associée au potentiomètre de volume, j’en ai été rendu à demander la pièce à Godin ou à son distributeur français, refaire une carte par mes propres moyens (on en trouve sur le Web) ou bien essayer de ressouder ce fil ailleurs dans l’électronique de la guitare. Ma dernière tentative (en attendant finalement la pièce de rechange de la part de l’aimable distributeur français)  s’est soldée par le retour au son originel de la guitare avec la désactivation du potentiomètre de volume…Mais ça y est ! Après quelques semaines d’attente, la pièce est arrivée du Canada (Godin a envoyé le set complet de potentiomètres). Il est toujours compliqué de replacer la pièce dans la caisse mais au bout de quelques tentatives chirurgicales on y arrive finalement. Le procédé mériterait presque un article à lui tout seul…

Un premier choix idéal pour entrer dans l’univers des guitares archtop

Avec le succès, beaucoup de déclinaisons de la Kingpin sont apparues, notamment une version plus bourgeoise avec pan coupé avec 2 P-90. On trouve même une version avec un vibrato de type Bigsby qui emmène la Kingpin vers des sonorités plus rock’n roll.

L’esprit est toujours respecté et si on paie plus chers pour cela, on évite l’écueil constitué par les copies d’archtop imitant les modèles luxueux des années 40 et 50 avec accastillage dorée, filets à profusion et nacre en plastique sur presque chaque case du manche…le tout pour moins de 500 euros et avec une lutherie davantage copiée sur celle d’une industrie suédoise d’ameublement. On ne sera alors pas étonné de trouver certains utilisateurs de la Godin Kingpin qui ont transformé leur modèle en une pâle copie des modèles fabriqués par des luthiers comme D’Aquisto ou Benedetto : remplacement de nombreuses pièces de métal pour de l’ébène sensé alléger l’instrument et permettre des vibrations plus riches, le comble pour un instrument en plaqué… C’est un peu trahir l’esprit de ce type de guitare selon moi qui devait à l’origine s’adresser au plus grand nombre pour une somme relativement modique.

JYAMG-Godin-Jazz - 08

JYAMG-Godin-Jazz - 16

JYAMG-Godin-Jazz - 09

 

 

3 Commentaires

  1. Realgar

    Belle gratte, très belles photos, super article !!!

  2. F de Hoof

    Très bel article riche en informations…

    Merci cher ami !